Yaniro, histoire et étapes d’un projet

Hello, j’avais envie de poser ici un déroulé de mission et présenter un résultat final en passant par les phases de recherches (qui donneront lieu à un autre article). Il me semble de plus en plus important de montrer le chemin parcouru qu’un résultat final et je souhaite avec cet article faire l’éloge de la tentative plutôt que du résultat.

J’entend présenter les choses proposées qui n’ont pas été validés ou qui étaient WTF et vraiment montrer la vie organique d’un projet d’idées en idées. L’article s’adressera surtout aux étudiants qui parfois manquent de confiance en eux et peuvent penser qu’il n’y a qu’un univers de réussite et un univers d’échec.

Contexte

J’ai lancé ma boite en même temps qu’un ami qui lui a crée une entreprise de Coaching auprès des Start Up et de grands comptes. Sa boite qu’il nommera fièrement Yaniro est lancé et il a besoin d’une identité visuelle pour lancer à fond son projet. C’est dans cette volonté qu’il fait appel à mes compétences pour l’accompagner dans cette aventure.

On commence par un logo

Avant d’avoir complètement écrit son projet nous décidons de travailler sur une identité visuelle qui fera exister son entreprise sur les différents réseaux professionnels. Nous travaillons donc à représenter sa vision du coaching à travers la raison pour laquelle il a crée son entreprise :

  • En référence à l’escalade et à la prise du “Yaniro” qui consiste à prendre une posture particulière pour se hisser sur une prise située très en hauteur

Je lance alors rapidement différentes pistes de travail pour ouvrir la discussion et le faire réagir. Voici les 3 pistes alors présentés (pour lesquelles je ne peux d’ailleurs pas m’empêcher de penser au-delà et commencer à faire vivre le logo dans un univers):

Un logo plus typographique mais ou je réfléchis à l’univers autour de celui-ci

La 3e piste est retenue. Celle-ci s’inspire directement d’une personne qui se met dans la posture du “Yaniro” mais traité avec un aspect zen et très abstrait (on peut aussi y voir un oiseau qui vole de ses propres ailes). La forme et l’histoire sont la, il faut maintenant transformer l’essai. Le client veut absolument que le logo donne l’impression d’avoir été fait à la main pour conserver un aspect humain et unique (nous avons tous une écriture différentes qui nous définies).

Je testerais alors de nombreuses formes pour réussir à trouver la bonne “instantanéité” qui conviendra au client tout en conservant le concept.

And the winner is….

Une fois retravaillé au propre et calé, le logo final est donc celui-ci

Une fois ce logo mis en place, mon client a pu commencer à prospecter en existant sur les réseaux sociaux et également avec des cartes de visite concept.

Carte de visite

La problématique de mon client était d’avoir des cartes de visite qu’on allait pas oublier ou qui serait unique par rapport à d’autres cartes récupérées dans un évènement. Nous avons eu de longues discussions pour réussir à relier l’acte de coaching à l’acte de donner une carte de visite dans l’espoir de se revoir.

La solution a émergé d’une de nos discussions : “Faire le premier pas pour contacter un coach parce qu’on en ressent le besoin, c’est 50% du travail qui est fait.” Donc…Voici la carte de visite qui en ressort.

Oui oui, une carte sans coordonnées

Nous avons décidé de faire une carte de visite vierge pour surprendre les prospects. En effet, en donnant la carte de visite nous avons capitalisé sur le scénario suivant :

Client : “mais il n’y a pas vos coordonnées sur la carte de visite ?”

Yaniro :”Ha, parce que vous voulez vraiment qu’on se revoit ?”

Petit scénario qui laissera ensuite le coach écrire ses coordonnées si le client répond par la positive. On conserve ainsi un concept de proximité (écriture manuscrite) et de réalisme (“ma carte de visite seule ne vous fera jamais me recontacter..par contre avec une petite histoire en plus, elle devient unique”)

Et c’est ainsi que ce premier concept est déployé pour permettre à Yaniro de gagner ses premiers budgets et ses premiers clients.

Suite des opérations

Un logo seul ne suffit pas pour exister, il faut maintenant se distinguer de la concurrence en racontant une histoire et la retranscrire visuellement. Il me fallait alors :

  • Créer une identité visuelle à base d’illustration pour :

Pour se faire, j’ai fais parler mon client en suivant une méthodologie construite au gré de mes formations et de mes expériences professionnelles (que je détaillerais dans de prochains articles) .

Pour faire simple, il s’agit d’une méthodologie qui permet au client de trouver des métaphores de l’histoire de son entreprise et qui me permet de les illustrer. On en dégage ainsi 3 axes qu’il peut valider et faire évoluer.

3 axes créatifs pour trouver le bon ton

Mes échanges avec le client m’ont amenés à explorer 3 pistes créatives illustrant son entreprise.

  • Les références à la culture POP

La c’est le moment ou je me lâche en terme de créativité pour faire réagir. Ces 3 axes sont pour moi des prétextes à essayer des styles en cohérence avec le positionnement du client mais aussi aller loin dans les métaphores (pas de drogues). Voici donc différentes propositions réalisées et proposées au client.

Le coach comme un jardinier zen (j’ai dis que je prenais pas de drogues)

La je fais des recherches pour représenter le coaché comme un bonzai que le coach est venu soutenir et redonner une forme.

J’ai dis que je prenais pas de drogues ?
On teste sur une maquette Web rapidement pour voir si le scénario se déroule bien

Référence à la culture pop

D’autres propositions ou j’illustre les différents points clés des slides de Yaniro en trouvant les métaphores qui vont bien en références à la culture POP (le client s’adressant à de nombreuses Start-up, c’est un état d’esprit plutôt cohérent et punchy).

Cette piste de la culture POP a également été décliné en essayant de créer un binôme sur lequel je pouvais faire transparaitre la culture POP .

Un binome mignon avec lequel je vais pouvoir jouer
Quand on gagne une séance gratuite via un Golden Ticket
La posture du coach “fais ou ne fais pas”
Empêcher les dirigeants de Start-up de faire Nawak une fois la levée de fond réalisée
Aider les dirigeants à innover dans le futur de leur management d’entreprise
Comment ne pas se faire bouffer par sa Start-up

La position du coach Comme une identité invisible qui soutient son client

Un axe plus classique ou on représente le coach comme la petite voix de la raison qui murmure à l’oreille de ses clients pour les aider à s’orienter fâçe aux choix du quotidien.

Et une idée plus personnelle…

J’ai également proposé à mon client une 4e vision qui s’inspirait du travail pour son logo en créant un univers zen (mais cette piste était de trop…je suis la pour parler d’échec donc je la montre quand même)

Au final c’est mon petit duo de personnages vectorielle qui est retenu

Weeeeeeeehhhhhh……maaaaAAAaaisssssss ……!

Mais pas comme ça…pas avec cet aspect la. Le client veut directement qu’on reconnaisse la culture POP et que le client puisse s’identifier au coaché. On va donc reprendre des croquis pour valider la forme final.

Inspiration de Yoda pour représenter le coach et on s’est inspiré du directeur de Welcome to the Jungle pour représenter le startuper type.
Différents styles sont proposés
Le style est approfondie et on entre dans le détail
Idem pour le “Yodaniro”

Vers une validation

à la finale, le traitement passe en vectoriel et on s’inspirera de l’image de Yoda dans Star Wars pour représenter le coach “fais ou ne fais pas”. La touche geek permettant de communiquer avec les Start Up et le modèle du coaché devient “neutre” pour permettre une plus large appropriation par le public cible.

Le site est d’abord dessiné pour raconter une histoire cohérente

Des croquis pour aller rapidement vers un scénario

Puis on réalise les illustrations qui vont bien

Déclinaison de l’idée et des personnages.
Animation des scénarios
Animation des scénarios
Animation des scénarios

S’ensuit la mise en place d’une maquette Web qui permet de faire vivre la charte graphique :

La maquette finale validée par le client après les A/R
Mise en valeur du podcast de Yaniro

Et c’est la fin (pour l’instant) d’un projet !

Je rentrerais dans le détail de la méthodologie plus tard car je suis passé très vite sur les travaux de Benchmark, d’analyse, de méthodologies et de discussion avec le client. Il me semblait intéressant de montrer toutes les phases d’un projet avec les différentes recherches et comment on finit par arriver à un résultat qui n’était pas prévu dès le départ mais qui est le fruit d’une collaboration client / Designer.

Egalement comme je le disais plus haut, je trouve que voir des travaux finis ça marche bien pour des clients mais dans la communauté des designers, avoir un peu de Making off et voir la sueur transparaitre sur des travaux est plutôt une chose saine et je vous incite à en faire autant ! (certain(e)s le font déjà ❤ https://marieguillaumet.com/refonte-de-mon-portfolio-crea-et-design/ )

Etant régulièrement au contact d’étudiants, je vois la pression que ceux-ci se mettent en se disant “j’arriverais jamais à faire un truc comme ça” en faisant leur veille sur différentes plateformes et ils oublient que derrière ce qu’ils voient, il y a pleins d’échecs et de pistes créatives qui n’ont pas rencontrées de succès (ou pire, de faux travaux sans vrais clients…Donc forcément ça a de la gueule).

En espérant que ce petit (lol) article vous a plu. J’espère un jour pouvoir écrire celui sur la méthodologie. Bonne continuation à tous :)

Yaniro : https://www.yaniro.co/https://www.linkedin.com/company/yaniro/?originalSubdomain=f

Le podcast Yaniro : https://www.yaniro.co/podcast